section officielle Parti Socialiste Béthunois

section officielle Parti Socialiste Béthunois

Olivier Gacquerre élu vice- président à Artois comm.

images colèreNous reproduisons un extrait de l’excellent article d’Aïcha Noui journaliste à la Voix du Nord.

  • Vous êtes maire de Béthune, président du SIVOM et désormais vice-président de l’agglo…

« Cela correspond à mes engagements de campagne. Je suis en conformité avec la charte Anticor, que j’ai signée. Et dans la loi, rien ne me l’interdit. Et puis un mandat dans une interco, c’est une prolongation de l’action communale. Lorsque les habitants viennent me voir pour des problèmes d’eau, c’est le SIVOM ; pour leurs poubelles, c’est Artois Comm. Désormais, j’ai un levier d’action important, je pourrai leur apporter des réponses sur leurs problèmes du quotidien. »

 

  • Pourquoi ne pas avoir proposé un autre élu béthunois à la vice-présidence de l’agglo ?

« Concernant la moralité, on peut toujours en débattre. Je suis ouvert au dialogue. Mais en tant que maire, je suis le porte-parole légitime pour porter les dossiers de ma ville au sein de l’agglo. C’est moi qui devais y aller. Remettre Béthune au centre de l’intercommunalité, c’était mon engagement de campagne en 2014. »

Votre autre engagement était de ne pas cumuler les mandats…

« Mais le cumul des mandats, c’est l’arbre qui cache la forêt. On peut avoir dix mandats, les gens s’en moquent, ce qu’ils veulent, c’est que j’améliore leur quotidien. Je m’étais engagé à ne pas cumuler un mandat local avec un mandat régional ou de député. D’ailleurs, je n’ai été candidat à aucune autre élection depuis les municipales. »

  • Et ce cumul, comment se traduit-il en termes d’indemnités ?

« Dans ce débat, le politique a toujours tort. Je peux dire tout ce que je veux, certaines personnes diront que je suis un menteur. Mais je suis transparent par rapport à mes indemnités, je n’ai rien à cacher. Je publie mon patrimoine à la Haute autorité, il est archiconnu. Je viens d’un milieu modeste et je connais la valeur de l’argent, je ne fais pas ça pour le pognon. »

  • Quelles sont vos indemnités pour vos différents mandats ?

« En tant que maire, je perçois 3 500 euros net par mois, 900 € net comme président du SIVOM et 900 € net également pour le mandat de vice-président à Artois Comm. Je n’ai pas d’écrêtement car je ne suis pas au plafond de 8 000 €. » Voix du Nord vendredi 12/02/2016

Beaucoup de réactions à cette élection pour le moins discutable et celle de Joffrey Guyot notre secrétaire de section qui n’a pas été consulté, lui le représentant de la section officielle du PS béthunois.

Olivier Gacquerre Vice-président d’Artois Com

Une élection placée sous le signe du rétropédalage et du cumul des mandats

La section socialiste de Béthune prend note de l’élection de Mr Olivier Gacquerre comme vice-président D’Artois Comm.

Si nous sommes ravis que Béthune soit  mieux représentée dans l’exécutif de l’agglomération, nous regrettons que cette élection soit placée sous le signe du rétropédalage et du cumul des mandats.

Sous le signe du rétropédalage d’une part : M.Gacquerre souhaitait quitter l’agglomération il y a très peu de temps en travaillant sur un projet de territoire qui reniait totalement l’histoire minière de Béthune et de l’agglomération et avec une vision de la concertation toute personnelle. M Gibson avait également eu des propos très durs lors d’un dernier conseil communautaire. Comment peut-il renier ces analyses ? Où est la cohérence ?

 

Sous le signe du cumul des mandats : M. Gacquerre n’avait-t-il pas dit qu’il serait un maire à plein temps en 2014 ? Aujourd’hui il cumule 3 fonctions et son épouse 2 ? Où cela va-t-il s’arrêter ?

 

Nous alertons également l’ensemble des élus à prendre garde au représentant de la droite. Nous rappelons, que M. Gacquerre, président du SIVOM, politise cette institution et s’en sert comme d’un outil de pure tactique ou de promotion politicienne.  Cette vice-présidence ne doit pas servir à cela !!

Joffrey Guyot secrétaire de section PS Béthune

Bonne lecture jpRivière rédacteur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laurent Fabius quitte le quai d’Orsay

laurent-fabius-laureat-2011-10694299zwpld_1713Laurent Fabius, dont la nomination à la présidence du Conseil constitutionnel est annoncée comme imminente, a confirmé mercredi son départ du gouvernement. Aux journalistes qui lui demandaient, à sa sortie de l’Élysée, s’il venait de participer à son dernier conseil des ministres, le chef de la diplomatie française a répondu : « Oui. » Son départ va donner lieu à un remaniement, dont l’ampleur et le calendrier restent encore incertains.

Mercredi matin, Laurent Fabius avait confirmé son intention de continuer « à présider la COP21 ». « C’est une position bénévole qui n’a pas d’incidence ou de contradiction avec le gouvernement, a-t-il expliqué. Je ne représente pas la France. » Son action à la Conférence environnementale de Paris a permis en décembre dernier d’aboutir à un accord sur la limitation du réchauffement climatique et a été unanimement saluée. La France conserve la présidence de la COP21 jusqu’au passage du flambeau fin 2016 au Maroc pour la COP22.

François Hollande devait proposer la nomination de Laurent Fabius, 69 ans, pour la présidence du Conseil constitutionnel. Si sa nomination est confirmée à l’issue de la procédure d’audition par les xommissions parlementaires, le ministre des affaires étrangères succédera à Jean-Louis Debré, nommé à ce poste en 2007 et dont le mandat arrive à échéance.

Source (Agence Reuters)

Déchéance de nationalité…le point

800px-Pont_de_la_Concorde_et_Chambre_des_DéputésLes députés ont adopté mardi soir, vers 23 h 20, l’article 2 de la réforme constitutionnelle dite de « protection de la nation » tel que modifié par amendement gouvernemental. La version votée a été réécrite conformément à l’engagement du gouvernement, c’est-à-dire sans référence à la binationalité et donc avec le risque assumé de fabriquer des apatrides. Sur 332 députés votants, 162 ont voté pour, 148 ont voté contre et 22 se sont abstenus . Ce vote n’est sans doute pas pour rassurer le gouvernement, qui aura besoin d’une majorité des trois cinquièmes pour faire adopter son texte au Parlement réuni en Congrès. Sur ce seul vote des députés, il lui manque en l’état 24 voix. 

Dans le détail, les signaux sont encore plus inquiétants pour l’exécutif. Chez les socialistes, 102 députés ont refusé de voter pour la déchéance (92 contre et 10 abstentions), 119 ont voté pour. Chez Les Républicains, dont les voix sont indispensables pour envisager sortir avec un texte voté au Congrès, la division est encore plus franche : 32 ont voté pour, 30 contre et 6 se sont abstenus.

Maigre consolation, du moins pour le citoyen, les députés étaient plus nombreux mardi soir que lundi soir dans l’hémicycle, quand il s’en est trouvé moins de 136 pour s’exprimer sur l’article 1 introduisant l’état d’urgence dans la Constitution…..à suivre (source Médiapart)  jpR rédacteur PS Béthune

Dernier conseil national du PS …mi figue…mi raisin..?

Le 6 février dernier le conseil national s’est réuni pour définir la prochaine feuille de route avant les importantes échéances électorales de l’année 2017. Nous donnerons par souci d’objectivité le résultat de ce conseil national mais aussi les réactions des opposants à cette feuille de route. Précisons que le texte final a été adopté avec 97 voix pour, 47 contre et 18 abstentions, ce n’est donc pas un plébiscite comme on peut le constater.

En résumé très succinctement 

Jean-Christophe Cambadélis a présenté une nouvelle feuille de route, adoptée par une très large majorité des membres du Conseil national réunis ce samedi 6 février à la Maison de la Chimie. 

 

Cette feuille de route, « volontariste et réaliste », décline trois objectifs pour l’année à venir, une année clef à la veille des élections présidentielles.

  • « Se dépasser dans l’Alliance populaire ». Ce « processus de dépassement de notre formation politique », annoncé il y a plusieurs semaines par le Premier secrétaire, prend désormais corps. Dès la fin du mois de mars, Julien Dray et François Lamy rendront public un texte lançant officiellement l’Alliance populaire. Par la suite, des collectifs départementaux, déclinaison locale du texte, seront appelés à se rassembler le week-end du 3 décembre, lors d’une convention de la « belle alliance ». Samedi 17 décembre, la convention nationale d’investiture pour les élections législatives sera organisée, sous la responsabilité de Christophe Borgel.

Enfin, dès jeudi 11 février, Jean-Christophe Cambadélis rencontrera les signataires de l’appel « notre primaire », afin d’évoquer la primaire de toute la gauche…

 Poue enrichir la réflexion nous vous proposons 2 textes, le 1er est une analyse de Politis.fr :

Le PS assume donc qu’avoir un programme ne sert à rien puisque ses candidats ne l’appliqueront pas ensuite. Ce faisant les socialistes ne font que tirer les leçons du quinquennat de François Hollande et acter leur démission collective face aux renoncements et reniements de ce dernier. Le 28 mai 2011, le PS, alors dirigé par Martine Aubry avait adopté à l’unanimité au terme d’un long parcours commencé un an plus tôt et ponctué par quatre conventions nationales et huit forums thématiques, un projet, intitulé « Le Changement », sur lequel tous les candidats à la primaire socialiste, ainsi que les candidats aux législatives, étaient tenus de s’engager. On connaît la suite.

 

Plutôt qu’un programme, et afin de ne pas paraître s’effacer totalement, le PS entend créer « un champ d’idées et de débats » histoire de fixer « les enjeux de l’action future ». Pour cela, le texte adopté qui établit sa « feuille de route pour 2016 » prévoit la rédaction de sept « cahiers de la présidentielle » et la tenue de deux conventions nationales : « Pour l’emploi, pour l’avenir » (avril 2016), « République, notre bien commun » (janvier 2017).

Fort logiquement, la direction du PS a également refusé de soumettre au vote une motion présentée par Christian Paul au nom de la motion B, « A gauche, pour gagner ! ». Elle réclamait le retrait dans le projet de loi constitutionnel de l’article 2 sur la déchéance de nationalité, contre laquelle se sont prononcées plusieurs fédérations comme celle de Seine-Saint-Denis à laquelle appartiennent les députés Bruno Le Roux, Claude Bartolone ou Elisabeth Guigou. « Si je n’ai jamais demandé au PS de prendre parti pour la déchéance c’est pour ne pas diviser le parti », a fait valoir Jean-Christophe Cambadélis. Ne pas prendre clairement position semble bien être devenu le nec plus ultra rue de Solferino.

C’est aussi le cas sur la primaire, abondamment évoquée au cours de ce conseil national. Les proches d’Hollande, dont les poids lourds du gouvernement, sont farouchement contre. La direction du PS, qui n’en voit pas l’utilité, ne veut pas donner l’impression de s’y opposer si cela peut permettre de rejeter la responsabilité de la division sur le Front de gauche. La motion B ayant adopté le week-end dernier un texte appelant le PS à participer à l’organisation d’une primaire des gauches à laquelle la motion D, menée par la députée Karine Berger, est également favorable, le taulier du PS a repoussé toute décision définitive au prochain « conseil national dans soixante jours ». Mais accepté un amendement de la motion D proposant « la création d’une commission nationale d’organisation de la primaire de la gauche et de préparation de la présidentielle ». Le point a été mis à l’ordre du jour du bureau national du PS lundi, et M. Cambadélis recevra jeudi les représentants de l’appel à la primaire des gauches, parmi lesquels le député écologiste européen Yannick Jadot. Cela n’engage rien.


 Le 2ème est la feuille de route présentée par AGPG (A Gauche Pour Gagner)

A Gauche, pour Gagner !
Notre feuille de route…pour éviter la déroute !
Le 6 février 2016
Les dernières semaines du Parti socialiste confirme le risque que nous désignions depuis de nombreux mois : celui d’une profonde dévitalisation.
C’est désormais l’utilité même du PS qui est en cause, et que consacre le dernier Conseil national par :
  • Le refus de prendre position sur la déchéance de nationalité -au motif d’une solution trouvée avec l’exécutif pourtant jamais démontrée ni développée.
  • Le refus d’intégrer la primaire en tant que telle à notre agenda – pourtant bien plus attrayante et constructive que des « Cahiers de la présidentielle ».
  • Et l’abandon de l’idée même de contribuer sérieusement au programme de 2017 avec un inventaire et des propositions venus du Parti socialiste. La Vème République n’aura jamais produit une telle impuissance collective !
Contre l’insidieux défaitisme qui s’installe au sommet du Parti socialiste, réduit au rôle occupationnel d’un club de loisirs, nous faisons le choix d’une feuille de route opérationnelle pour remobiliser la gauche pour 2017.
  • Réunir la gauche passe d’abord par rejeter ce qui la fracture: la déchéance de nationalité. C’est pourquoi nous voterons contre.
  • Ne pas laisser dans l’impunité les annonces à répétition qui insécurisent les salariés et les chômeurs (35 heures, indemnisation du chômage…). Nous soutenons d’ailleurs la campagne CQFD : Ce Code du travail qu’il faut défendre!
  • Défendre les primaires de la gauche et des écologistes, conformément à notre choix unanime.
Sans elles, pas de reprise d’un débat démocratique en 2016. Sans elles, pas de candidat de gauche au second tour de la présidentielle. Nous n’attendrons pas qu’il soit trop tard. Nous devons les bâtir dans les prochains mois sans laisser les manœuvres de retardement, d’où qu’elles viennent, nous en priver.
C’est désormais, pour les socialistes, une commune obligation : politique et statutaire.
  • Approfondir notre projet, pour démontrer qu’à l’option social-libérale répond désormais une alternative crédible au sein du PS et de la gauche française.
  • Poursuivre et intensifier les contacts déjà engagés avec ceux qui, en Europe, ne se résignent pas à l’endormissement des consciences face au chômage de masse, à la situation des migrants et à la panne démocratique qui saisit notre continent.
 
Bonne lecture à tous et meilleurs sentiments socialistes …de gauche. jpR rédacteur

 

 

A tous ceux qui doutent, qui ont perdu espoir….

Nous avons certes perdu quelques batailles mais l’honneur est sauf. L’année 2015 fut une année néfaste à bien des égards mais ne perdons pas courage et luttons pour nos valeurs d’égalité, de liberté et de fraternité.

Tous ensemble reprenons notre destin en main, bâtissons un avenir meilleur et méditons cette phrase de Jean Jaurès…

« L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir ».

La section du parti socialiste de Béthune vous souhaite une année 2016 pleine de bonheurs et de joies et sera à vos côtés et à votre écoute car c’est avec vous et pour vous que nous mènerons les combats à venir.images

Dimanche 6 décembre il faudra bien réfléchir…

       Le FN défend une vision néfaste pour la région                                            

       Le FN dénonce mais ne construit pas

      Le FN est dangereux pour la cohésion sociale

      Le FN n’est pas aussi vertueux qu’il le prétend

                                             Le 14 décembre 2015 ça pourrait être ça !!!

fn_france       Le Fn utilise des méthodes inquiétantes

( source La Voix du Nord excellents article des 1er et 2 décembre).

 

Les compétences de la région

Pour ceux qui hésitent encore à voter aux prochaines élections régionales, à ceux qui ne connaissent pas ou prou le rôle essentiel de la région sur notre vie quotidienne, voici un résumé du texte de loi du 7 août 2015 définissant les compétences de la région ( texte tiré du site Vie Publique ). jpierre Rivière rédacteur

Les compétences des régions

La région a pour mission de contribuer au développement économique, social et culturel de la région.

Avant la loi NOTRe, les compétences des régions étaient centrées sur le développement économique, l’aménagement du territoire, la formation professionnelle, la gestion des lycées et les transports. La loi MAPTAM a, en outre, confié l’aménagement numérique aux régions.

La loi NOTRe précise : « Le conseil régional a compétence pour promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique de la région, le soutien à l’accès au logement et à l’amélioration de l’habitat, le soutien à la politique de la ville et à la rénovation urbaine et le soutien aux politiques d’éducation et l’aménagement et l’égalité de ses territoires, ainsi que pour assurer la préservation de son identité et la promotion des langues régionales, dans le respect de l’intégrité, de l’autonomie et des attributions des départements et des communes ».

La région définit un schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII) dans lequel sont précisées les orientations en matière d’aides aux entreprises, de soutien à l’internationalisation, d’aides à l’investissement immobilier, d’aides à l’innovation et les orientations relatives à l’attractivité du territoire régional. Le conseil régional est seul compétent pour définir les régimes d’aides et pour décider de l’octroi des aides aux entreprises de la région. La région anime les pôles de compétitivité.

La région participe à la coordination des acteurs du service public de l’emploi sur son territoire. Le président du conseil régional et le préfet élaborent, ensemble, une stratégie coordonnée en matière d’emploi, d’orientation et de formation professionnelles.

La région établit un plan régional de prévention et de gestion des déchets comprenant des objectifs en matière de prévention, de recyclage et de valorisation des déchets.

Concernant la gestion de l’eau et la protection de la ressource, le conseil régional peut se voir attribuer tout ou partie des missions d’animation et de concertation lorsque l’état des eaux présente des enjeux sanitaires et environnementaux justifiant une gestion coordonnée des différents sous-bassins hydrographiques de la région.

En matière de transports, la région devient l’autorité organisatrice de l’intégralité de la mobilité interurbaine. La région organise les services non urbains, réguliers ou à la demande, à l’exclusion des services de transport spécial des élèves handicapés vers les établissements scolaires. La région organise aussi les transports maritimes réguliers publics de personnes et de biens pour la desserte des îles françaises (sauf pour les îles qui appartiennent au territoire d’une commune continentale).

La région élabore également un schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (Sraddet).

Enfin, la région est désignée collectivité chef de file pour le tourisme. (Source Vie Publique).

240_F_70384186_EbqSgkMAPMmRml0BueiPDlmFQLU2uLQy

 

Lettre à mes concitoyens du Nord – Pas-de-Calais – Picardie

pds3Madame, Monsieur,
Le 13 novembre, la France, dans toute sa diversité, a été touchée en son coeur. Elle pleure ses citoyens
assassinés ou blessés. Les terroristes ont frappé particulièrement notre jeunesse en s’attaquant à des
lieux symbolisant notre art de vivre : la culture, le sport, les bars et restaurants… Face à un tel drame,
nous sommes unis autour des familles des victimes. Les terroristes ont voulu mettre la France à
genoux et la diviser. Ils ont récolté une République forte et une France unie.
Aujourd’hui, la vie reprend ses droits. C’est notre réponse de citoyens aux terroristes qui veulent nous
empêcher de vivre pleinement, librement, comme nous le voulons.
Notre liberté, la défense de nos valeurs et de l’idée que nous nous faisons de notre pays imposent
de nous défendre. Comme vous, je salue nos forces de sécurité, nos équipes de secours et
nos professionnels de santé, et tous les citoyens qui se sont mobilisés sans compter avec
dévouement.
Nous savons que le risque terroriste demeure. Il faut le combattre sans répit. C’est pourquoi j’approuve
et je soutiens pleinement les décisions prises et les actions réalisées par le Président de la
République pour assurer la sécurité des Français, et mener la guerre contre Daech, avec nos alliés,
jusqu’à l’éradication du terrorisme.
Le gouvernement a eu raison de maintenir les élections régionales : les repousser aurait été céder à la
terreur. Et puis ces élections sont essentielles pour votre emploi, le développement de notre Région,
l’éducation de vos enfants, votre santé, ou vos transports pour les six ans à venir.
Dans notre Région, ces élections régionales revêtent un caractère particulier avec la menace d’une
victoire de la présidente du Front National, Marine Le Pen, qui se sert des problèmes des Français
pour les diviser ou les opposer entre eux. Quant à Xavier Bertrand, le candidat de Nicolas Sarkozy, ses
propositions en attestent : il court après le Front National.
Aussi je vous invite à vous mobiliser dès le premier tour, le 6 décembre prochain, pour l’équipe de
la gauche et des écologistes que j’anime, car elle est la seule équipe capable de l’emporter au second
tour face à l’extrémisme : Pour vous ; Pour notre Région.
Pierre de Saintignon

Dialogue dans la dignité et le rassemblement

De nombreuses questions se posent pour les
Français. Ils ont envie de dialoguer. De s’interroger.
D’interpeller. De comprendre. C’est
bien volontiers que le Parti socialiste, passés
les hommages de la Nation à nos morts, participera,
impulsera, organisera ce débat.
« Les gouvernements successifs sont responsables
des attentats ! » Non, les seuls responsables
ce sont les terroristes.
« Nous n’aurions rien fait pour protéger les Français
? » Non, nous avons fait voter des lois sur le
renseignement ou la lutte contre le terrorisme
et ceux qui n’ont pas voulu voter sont ceux qui
nous accablent.
« Nous n’aurions pas mis les moyens financiers ? »
Non, Alain Juppé vient de déclarer que la
France avait eu tort de supprimer des effectifs
dans la police et la gendarmerie. Ces moyens
ont été rétablis et le Président de la République
vient de déclarer : « Le pacte de stabilité s’efface
devant le pacte de sécurité ». Le Parti socialiste,
s’il en était besoin, lancerait un appel à
la souscription nationale.
« Nous serions laxistes sur le sujet des réfugiés ? »
Non, nous avons – sous la critique – défendu
l’accueil maîtrisé, plaidé pour la défense des
frontières de l’Europe et demandé des moyens
pour les pays en première ligne.
« Nous ne devions pas combattre ou bombarder
là-bas ? Nous serions punis pour cela ? » Non,
si on ne combat pas là-bas, si on ne les détruit
pas là-bas, ils seront demain ici pour mettre en
oeuvre ce qu’ils font là-bas.
« Nous aurions dû nous allier avec Bachar el-Assad
contre Daech ? » Non, Bachar el-Assad
est le point de départ. Il ne peut être le point
d’arrivée. Quand nous avons voulu bombarder
Bachar el-Assad au tout début, la communauté
internationale l’a refusé. Depuis, nous n’avons
bombardé que Daech. Qui peut croire que les
sunnites, majoritaires, ou les Kurdes accepteront
non seulement de faire la paix avec Bachar
el-Assad mais aussi de vivre sous sa direction ?
« Nous aurions dû nous allier avec la Russie ? »
Non, ce n’est pas parce que nous refusions la
mise sous tutelle de l’Ukraine et que nous défendions
le respect des accords de Minsk que
nous déniions à la Russie le droit d’intervenir
dans le conflit syrien. Mais nous ne cessons de
le répéter : Il faut frapper Daech et seulement
Daech. C’est maintenant le cas, tant mieux.
Et aujourd’hui, nous ajoutons, nous voulons
une seule coalition avec un agenda commun.
La Russie bouge, les Etats-Unis bougent, la
France montre la voie, nous allons vers un Yalta
anti-Daech.
« Nous devrions rompre avec l’Arabie Saoudite et
le Qatar ? » Si on veut isoler Daech, il vaut mieux
qu’ils soient avec nous. La France a fixé son but
de guerre. Les armes que la France a vendues
ne se sont pas retournées contre elle. Elles
doivent être tournées contre ceux qui veulent
détruire la France.
« L’Europe n’est pas au rendez-vous ! » Nous
avons ressenti de la solitude dans nos actions
au Mali ou en Syrie. Mais qui n’a pas frissonné
d’émotion devant la minute de silence à Wembley
et une Marseillaise historique ? L’Europe
bouge. Les ministres de la défense de l’Union
européenne ont accepté la demande d’aide que
la France a formulée en vertu de l’article 42.7
du traité de Lisbonne. L’Europe bouge.
« La réforme constitutionnelle une atteinte aux
libertés ? » Non, la réforme constitutionnelle
maintient les libertés dans la République, mais
pas pour ceux qui veulent détruire la République.
Il s’agit d’être efficace dans le combat et
non de faciliter leur combat.
« Nous ferions un virage sécuritaire ? » Non, nous
sommes tout simplement en guerre.
« Les musulmans seraient-ils aussi
responsables ? » Non, la responsabilité collective
n’existe pas. Ne transformons pas le conflit
contre Daech en un conflit contre les musulmans.
Ce serait aider nos ennemis qui sont aussi
les leurs. Le conseil supérieur des oulémas a
émis une fatwa sur la question du jihad en Islam,
claire et sans appel. Tout ce qui concourt à
marginaliser, à isoler les musulmans de France
de l’ensemble de la nation, doit être condamné.
« La droite fait des propositions, vous ne les reprenez
pas ! » Non, nous reprenons toutes les propositions
conformes au droit. Quant aux autres
qui ne furent pas proposées après l’affaire Merah,
elles demandent à être étudiées en droit
pour éviter que les terroristes n’utilisent les
failles juriques car nous restons un État de droit.
« La laïcité doit obliger tout le monde à vivre
comme le plus grand nombre ? » Non, la laïcité
c’est le droit de croire ou de ne pas croire. La
laïcité c’est le vivre ensemble dans le respect de
chacun. Par contre, l’article 35 de la loi de 1905
condamne les provocations directes à l’exécution
des lois. La vraie laïcité doit être défendue.
Le Parti socialiste proposera un prix de laïcité
dans chaque région. ( source PS National).

Tous unis contre la tyrannie de la peur

CTuiDwMWIAAEMvC  »  Une attaque contre toute l’humanité et nos valeurs universelles  » a déclaré le président Obama citant en français les mots qui sont le fondement de notre république  » Liberté, égalité, fraternité  ». Un bel hommage partagé par des millions de personnes de part le monde.La France est touchée une nouvelle fois par la barbarie, l’obscurantisme et la terreur, notre président l’a rappelé  » nous sommes en guerre  » . Nous adressons tout d’abord notre soutien et nos plus sincères condoléances aux familles qui ont perdu un être cher lors de ces ignobles attentats, nous renouvelons notre admiration à tous les services de police, de sécurité et  de santé qui encore une fois ont été admirables et avons pleine confiance en notre président et son gouvernement pour gérer au mieux ces moments dramatiques pour notre pays et tous ses concitoyens. Nous resterons unis et combatifs face à ceux qui veulent faire de notre monde une terre brûlée…. la tolérance, l’amour et l’unité triompheront du terrorisme. Vive la république et Vive la France !!!

Un 2ème passage à Béthune pour Frédéric Cuvillier, un encouragement pour la section PS de Béthune

Sur l’invitation de Joffrey Guyot, notre secrétaire de section, Frédéric Cuvillier tête de liste du Pas de Calais pour les régionales est venu saluer pour la 2ème fois en peu de temps les béthunois lors de la fête du hareng et du marché des terroirs. Plusieurs élus du secteur qui font partie de la liste du PS aux côtés de Frédéric l’accompagnaient et on a pu voir Thierry Tassez le maire de Verquin, Nadine Lefebvre maire de Beuvry et vice-présidente sortante et notre député Stéphane Saint-André pour le PRG. Un moment de convivialité et de combat pour une lutte qui s’annonce difficile avec un Frédéric Cuvillier plus déterminé que jamais…nous serons derrière lui et notre tête de liste Pierre de Saintignon. jpRivière ( rédacteur com PS Béthune ).20151108_105451photo bethunebethune 2

Bernard Seux est décédé, une figure forte de la politique, béthunois jusqu’au bout…

 » Il est un des bâtisseurs du parti socialiste bethunois.
Il avait une connaissance très fine  des dossiers,  du tissu administratif et économique tant au niveau local que national  ainsi qu’ une compétence technique très pointue. »

Ces quelques mots de notre secrétaire de section Joffrey Guyot résument bien l’homme qu’il était et j’ajoute…..  la convivialité qui était sienne et aussi ce caractère fort d’un homme de  »combats » qui allait au bout de ses convictions avec cette part de mystère,  de faiblesse et de complexité qui sans doute fait partie de la nature de ceux qui marquent notre histoire.  jpierre Rivière (chargé com ps Béthune).

Toute la section PS de Béthune présente ses sincères condoléances à toute la famille et ses proches.

962671629_B976977745Z.1_20151104141224_000_G0P5HL09O.1-0

( photo La Voix du Nord).

Commentaires de La Voix du Nord……

 » La section socialiste béthunoise a participé au référendum pour l’unité organisé par le PS. Trois points de vote étaient organisés : à la gare, à l’université d’Artois et place Lamartine, où s’est rendu Frédéric Cuvillier, ancien ministre et tête de liste pour le Pas-de-Calais, vendredi, lors du marché. Soixante-douze militants ont déposé un bulletin dans une des urnes. Score sans appel : un nul, deux contre et 69 pour. Une façon aussi pour Joffrey Guyot, le jeune secrétaire de la section PS, de montrer que le parti socialiste local est « bien vivant et qu’il est déterminé à défendre ses idées et reprendre la place qui est la sienne » malgré le départ de ténors au MRC, dont Jacques Mellick.
Le double discours du MRC Béthunois
 » Ce n’est pas un scoop mais une nouvelle preuve a été apportée vendredi. Alors qu’Eugène Péru, figure historique du MRC à Béthune, est venu soutenir Frédéric Cuvillier, Jacques Mellick, président de la section béthunoise du Mouvement Républicain et Citoyen, expliquait dans le même temps « que la première force militante de gauche à Béthune ne prend pas part à cette consultation factice qui traduit une conception autoritaire du rassemblement ». Ça balance toujours autant à Béthune où le rassemblement de la gauche, ce n’est pas – encore – maintenant. On signalera quand même que Stéphane Saint-André, PRG et ancien ennemi juré du PS du temps de Jacques Mellick, est venu saluer Frédéric Cuvillier. Vous avez du mal à vous y retrouver ? Normal, c’est la vie politique béthunoise. Un vrai feuilleton ! «   ( Soi dit en passant La Voix du Nord Béthune 20/10/2015).

Frédéric Cuvillier et Yann Capet à Béthune

C’est vendredi jour de marché qu’avaient choisi Frédéric Cuvillier, député maire de Boulogne, ancien ministre et tête de liste aux régionales et Yann Capet notre 1er fédéral pour venir soutenir Joffrey Guyot et tous le membres de la section de Béthune lors du vote pour l’union. Frédéric est resté un long moment parmi nous et en a profité pour aller à la rencontre des béthunois. Des discussions parfois soutenues et aussi beaucoup de soutiens parmi nos concitoyens. On  a noté la présence sur notre stand de Stéphane Saint-André pour le PRG, Eugène Péru figure bien connue du MRC, Alain Delannoy conseiller départemental et maire de Lapugnoy, Thierry Tassez secrétaire fédéral responsable des sections et maire de Verquin et de nombreux militants et sympathisants. Trois endroits pour voter cette journée du vendredi à la gare puis place Lamartine et université. Le résultat: 72 votants avec 69 oui pour l’union , 2 non et 1 bulletin nul sans compter les nombreux votes sur internet. Nous serons tous derrière Frédéric Cuvillier et De Saintignon pour gagner ces élections.

J-C Cambadélis : «Merci aux militants et aux militantes, vous pouvez être fiers de ce que vous avez fait !»

 

P1030133P1030130

REFERENDUM POUR L’UNITE …disons oui à l’unité de la gauche et des écologistes

Les 16,17 et 18 octobre dans toute la France un référendum est organisé par le parti socialiste.

Comment voter ?

Référendum pour l’unité de la gauche et des écologistes : Comment voter ?

Du 16 au 18 octobre 2015, vous êtes invités à vous prononcer pour l’unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales de décembre prochain.
Cette initiative est organisée par plusieurs partis politiques dans un moment où l’extrême droite se banalise et la droite s’extrémise.

Qui peut participer au vote ?

Toute personne se retrouvant dans les valeurs de la gauche, de l’écologie et de la République et déclarant sur l’honneur adhérer aux principes de la charte d’engagement.

Comment participer au vote ?

Le référendum pour l’unité, se déroulera pendant 3 jours, du vendredi 16 octobre 08h00 au dimanche 18 octobre 20h00. Il est possible d’y participer en votant sur Internet ou en se déplaçant sur un des points de vote prévus pour cette initiative.

Les points de vote :

Des urnes seront installées dans plus de 2.000 points de vote en France pour permettre aux citoyens de s’exprimer. Les lieux de vote et leurs horaires seront consultables en ligne, à partir du lundi 5 octobre, sur le site Internet www.referendum-unité.com. Il sera demandé, pour chaque participant, de préciser sur un registre d’émargement les informations suivantes : Nom, prénom, adresse électronique et/ou postale et date de naissance.

Le vote électronique :

Les internautes peuvent voter en ligne sur le site Internet dédié, du vendredi 16 octobre à 08H00 au dimanche 18 octobre à 20H00. Il est nécessaire de disposer d’une adresse électronique valide et de préciser les informations suivantes : Nom, Prénom, adresse électronique, adresse postale et date de naissance.

Chaque vote est soumis à l’acception de la charte d’engagement.

Quel encadrement du référendum ?

Ce scrutin sera suivi par la Haute autorité du Parti socialiste. Cette instance indépendante désignera des représentants dans chaque département et suivra le bon déroulement du scrutin.

Pour plus de renseignement copiez ce lien  http://www.parti-socialiste.fr/static/12699/documents/referendum-disons-oui-lunite-de-la-gauche-et-des-ecologistes.gif  ou celui-ci http://www.referendum-unite.com/

Pour Béthune vote le vendredi seulement une urne sera installée devant la gare de 6h30 à 9h puis au marché place Lamartine de 9h30 à 12h et devant l’université de 14h à 17h.

 

Inscription sur listes électorales

240_F_70384186_EbqSgkMAPMmRml0BueiPDlmFQLU2uLQyIl est encore possible de s’inscrire sur les listes électorales de sa commune de résidence jusqu’au 30 septembre prochain…pensez -y !!

Le vote, un acquis de notre démocratie, un moyen de faire entendre sa voix et de participer à notre avenir commun…

« Un bulletin de vote est plus fort qu’une balle de fusil. »
Abraham Lincoln – discours, 1856

Des moyens pour la réussite des élèves

La droite affirme que nous ne tiendrons pas nos promesses de création de postes dans l’éducation
nationale…
> Les 60 000 postes promis seront bien crées dans le quinquennat. À ce jour, 32 500 postes ont
d’ores et déjà été créés, 3 000 pour l’enseignement supérieur et 600 l’enseignement agricole.
La droite affirme que les postes déjà créés sont inutiles et promet de les supprimer…
> Ces postes ont permis de redonner des moyens à l’école après la casse scolaire des années
Sarkozy (80 000 postes supprimés) et de faire vivre des mesures importantes : dispositif « plus
de maitres que de classes », la création de 25 000 places pour accueillir des enfants de moins
de 3 ans, l’accompagnement des élèves en situation de handicap,…
La droite reproche à l’État de faire supporter aux communes la mise en oeuvre des activités
périscolaires…
> Le développement des activités périscolaires est activement soutenu par les aides financières
apportées par l’État – 463 millions d’euros versés depuis 2013 – et de la branche famille –
430 millions d’euros versés en 2014. Comme le PS l’avait demandé, ces aides sont pérennisées
à partir de l’année scolaire 2015-2016. Pour 2015, le budget consacré par la branche Famille à
l’accueil périscolaire s’élève à 574 millions d’euros.
UNE ÉCOLE PLUS JUSTE ET PLUS EFFICACE
La droite minore la réforme de l’éducation prioritaire…
> Etablie sur la base d’indicateurs objectifs, la nouvelle carte de l’éducation prioritaire est
désormais plus juste car mieux adaptée à la réalité sociale de l’ensemble du territoire. Elle
entre en vigueur à la rentrée 2015. Elle concerne 1089 collèges et plus de 6 500 écoles. Elle
est accompagnée d’une revalorisation du régime indemnitaire des 110 000 enseignants
de ces réseaux : +50% en REP, +100% en REP+. Les enseignants vont en outre bénéficier
de temps pour pouvoir travailler et se former ensemble : 1 heure et demie par semaine
dans les collèges, 18 demi-journées par an dans les écoles des réseaux REP+. Trois jours
de formation supplémentaires par an seront mis en place pour les personnels des REP+
Cette mobilisation doit permettre de réduire les écarts de résultats scolaires entre les élèves
scolarisés en éducation prioritaire et ceux qui ne le sont pas.
La droite ne tient pas compte de la réalité sociale des territoires
> À compter de la rentrée 2015, les créations d’emplois dans le 1er degré public sont réparties de
manière plus juste et plus fine entre les académies, en tenant mieux compte de l’hétérogénéité
sociale des territoires. Cet outil de correction des inégalités sociales et géographiques a permis
de ventiler plus de 1.400 postes dans les académies au regard de critères sociaux (revenu fiscal
des ménages, classification des zones urbaines, augmentation du nombre d’élèves,…)
La droite veut le statu quo au collège…
> Nous voulons mettre fin au collège à deux vitesses, nous refusons de déterminer
l’avenir des enfants à 11 ans, nous voulons faire réussir tous les élèves en développant
l’apprentissage des langues vivantes, le travail en petit groupe, les initiatives
des enseignants et l’interdisciplinarité,… (cf tract sur la réforme du collège).
Pour l’année scolaire 2015-2016, et comme le PS l’avait demandé, un vaste plan de formation
sera mise en oeuvre pour les personnels d’encadrement, les formateurs et les enseignants et CPE.School_children1.jpg 2


Avec la droite c’est double peine….

A cinq mois des élections régionales, la droite multiplie les provocations et les critiques contre
la gauche des territoires qui dirige actuellement les régions. Mais quand la droite est aux
responsabilités dans les collectivités, c’est toujours la même recette, c’est la double peine. + D’IMPÔTS ET – DE SOLIDARITÉ DANS NOS TERRITOIRES

 

Lisez cet article il est tout à fait instructif…jpR rédacteur

Les impôts augmentés !
La droite avait fait de la stabilité fiscale son principal argument de campagne pour les municipales
2014… avant d’être élue ou réélue !
> Depuis, c’est pour les habitants : +45 % d’impôts locaux à Saint-Ouen, + 15 % de taxe
d’habitation votée à Toulouse, +12 % sur l’ensemble des impôts locaux à Melun, +10 %
d’impôts locaux à Levallois, + de 7 % d’augmentation au Plessis-Robinson.
La culture sacrifiée !
Alors que le Premier ministre s’est engagé le 6 juillet 2014 à garantir le budget de la culture
pendant 3 ans, la droite de retour aux responsabilités dans les villes fait le choix de sacrifier
la culture en baissant de manière drastique les subventions aux associations artistiques et
culturelles.
> Ainsi, par exemple, la droite a baissé ses subventions de 50 % à Carcassonne, et de 40 %
à Romans-sur-Isère, ou fermé certains lieux culturels comme les Arts Florissants qui
permettait depuis 25 ans de produire et enseigner à Caen (-332.900 d’euros /an).
L’Éducation reléguée !
Alors que l’Éducation, priorité du quinquennat, est redevenue le premier budget de la Nation, la
droite pratique l’injustice sociale en augmentant le prix de la cantine – comme à Agen : + 10 %
quels que soient les revenus – et en baissant les dotations aux écoles publiques – comme à
Clamart avec une baisse de -64 % pour les interventions en Rased.
> À Questembert, l’iniquité est à son comble : les tarifs de la cantine et de la garderie augmentent
1,5 fois plus vite pour les familles modestes que pour les plus riches.
Les aides sociales diminuées !
Les dépenses de solidarité ? C’est la variable d’ajustement pour les mairies de droite.
> À Tourcoing, c’est une baisse de 600 000 euros pour le CCAS ; À Nancy, c’est la fermeture du
foyer pour personnes âgées et de l’auberge de jeunesse ; À Tours, c’est la fin de la gratuité
de la cantine scolaire pour les enfants issus des foyers les plus modestes.
> À Reims, la Maison de l’emploi et des métiers a été obligée de fermer, faute d’avoir obtenu
le versement des 480 000 euros de subventions nécessaires à son fonctionnement (structure
qui reçoit chaque année 10 000 personnes pour des VAE, des reconversions ou des ateliers
de recherche d’emploi)
Le logement pénalisé !
En matière de logement, la droite aggrave la crise. Ainsi, c’est la droite qui dirige plus de 80 %
des communes qui ne respectent pas les obligations de la Loi S.R.U.
> De plus, depuis les élections municipales, c’est la programmation de milliers
de logements sociaux qui a été supprimée, faute de volonté politique d’en
construire, comme à Palaiseau, à Chelles et dans de nombreux territoires.
Et à Limoges, le maire a même annoncé sa volonté de faire passer le taux de logements
sociaux de sa ville de 28% à 20%, soit en-dessous même de l’obligation légale !

La droite dans les collectivités c’est la double peine..!!!!

Faut-il faire soi-même ?

Malgré les relances auprès de la municipalité  et devant l’absence d’actions, certains habitants du Montliébaut ont été contraints de tailler eux-mêmes les arbustes d’une allée piétonnière.

(Voir les photos illustrant l’allée avant et après la taille).

La section socialiste demande à  la municipalité une clarification quant à  son périmètre d’intervention, les modalités et les moyens alloués à la gestion des espaces verts de la ville de Béthune.

Il reste encore des arbustes à tailler dont la pousse gêne désormais le passage des piétons (voir photos). Espérons qu’une solution puisse rapidement être trouvée.

Branches au sol apres la tailleAllee avant taille mai 2015Allee apres taille

Rentrée politique….nous y étions

C’est la rentrée pour nos concitoyens , les millions d’élèves et aussi pour les partis politiques. Concernant la section socialiste de Béthune derrière notre secrétaire Joffrey Guyot c’est une nouvelle équipe, un nouveau bureau et une commission administrative constituée en cette fin de mois d’août. Nous étions présents sur notre stand à la braderie, malheureusement mal placé mais nous avons fait de nombreuses rencontres enrichissantes. Bientôt les élections régionales et nous serons tous unis derrière notre tête de liste le vice président de la région et 1er adjoint de Lille, Pierre de Saintignon. Un homme de terrain dont l’action est unanimement appréciée, il a fait ses preuves et son bilan est là pour en témoigner. Nous étions présents à la soirée de Stéphane Saint-André dernièrement à Verquin, une volonté commune d’union pour faire face à la prochaine échéance électorale qui ne nous voilons pas la face sera particulièrement difficile. Citons les présents à cette soirée derrière notre ami Thierry Tassez nous avons pu entendre Alain Wacheux, Michel Dagbert, le maire et ancien ministre Frédéric Cuvillier, Alain Delannoy et bien sûr Yvon Bultel et Stéphane saint-André sans oublier Pierre de Saintignon et bien d’autres. Une soirée qui préfigure une volonté indéniable d’union dans l’intérêt de nos concitoyens de cette belle et grande région qui est la notre. Il est temps de se retrouver derrière nos valeurs de gauche pour faire obstacle à la droite et au parti de Marine Le Pen. jpR rédacteurP1030118

Motions résultats nationaux (source bureau national PS )

Le secrétaire national aux élections, Christophe Borgel, a tenu une conférence de presse ce vendredi 23 mai afin d’annoncer les résultats définitifs du vote de la veille :

  • La motion A, de Jean-Christophe Cambadélis : 60%
  • La motion B, de Christian Paul : 29%
  • La motion C, de Florence Augier : 1,5%
  • La motion D, de Karine Berger :  9,5%

Le taux de participation s’élève à 54,52% du corps électoral, soit 65 432 votants. 

Pascal Cherki, Florence Augier, et Yann Galut représentants des motions B, C et D, sont également intervenus afin de saluer la qualité de l’organisation de ce vote, notamment la transparence mise en place. Ainsi, Pascal Cherki a-t-il évoqué un résultat « incontestable et incontesté ». Christophe Borgel a de son côté souligné que le travail entamé il y a cinq ans porte désormais ses fruits : « On a aujourd’hui un parti dont la transparence a peu d’équivalent».

Les deux candidats pour le poste de Premier secrétaire sont donc Jean-Christophe Cambadélis et Christian Paul. 

Le vote aura lieu jeudi 28 mai prochain.

Vote sur les motions

P1020915    Jeudi dernier à La Charité les militants se sont réunis autour de Joffrey Guyot secrétaire de section pour la présentation des motions et le vote qui s’ensuit.

Un riche débat d’idées dans la convivialité et le respect des choix. une présentation de la motion A par Jacques Mellick fils suivie de celle de Joffrey pour la motion B et Olivier Lecocq pour la D, à noter aucun représentant pour la motion C rapidement présentée. Un score très serré pour les motions A et B à parité pour le nombre de voix. Prochain rendez-vous: le vote pour la listesPS aux régionales récemment entérinée par le conseil fédéral.

Situation à la mairie de Béthune….nous restons vigilants…

headerLa section PS de Béthune, attentive au mal-être qui touche actuellement certains personnels de la Mairie de Béthune et face aux éléments relatés dans la presse locale, reste vigilante quant à la suite qui sera donnée et souhaite rapidement le retour d’un climat apaisé et constructif dans l’intérêt du personnel municipal et aussi des Béthunoises et Béthunois.

Une belle commémoration…….

 » Pas tout à fait 10 h et Joffrey Guyot s’agite. Au pied de la stèle François-Mitterrand, le nouveau secrétaire de la section socialiste de Béthune règle les derniers détails d’une commémoration qu’il préside pour la première fois. Yvon Bultel, ancien adjoint et toujours bras droit du député PRG Stéphane Saint-André, excusé, arrive un bouquet de roses à la main. Place de la gare, on croise aussi des maires, celui de Verquin, Thierry Tassez, ou encore celui de Verquigneul, Bruno Chrétien. Michel François, le conseil municipal d’opposition à Béthune. Un ancien directeur de cabinet de l’ancien maire, une ex-adjointe au maire PRG, ou encore une ex-Mellickienne pure sucre de la cité du 8-ter… Mais il n’y avait pas que des « ex ». Des nouveaux aussi. Et des camarades de sections amies et voisines, comme celle de Lapugnoy. Pour Joffrey Guyot, cette rencontre hétéroclite, entre anciens et jeunes, doit incarner « la renaissance de l’union de la gauche ». « Un nouvel élan et de nouvelles pratiques » aux yeux du radical Yvon Bultel. Après avoir rappelé le chemin politique de François Mitterrand jusqu’à la victoire de la présidentielle de 1981, Joffrey Guyot s’est tourné vers l’avenir et les municipales de 2020. Espérant que ce rassemblement dure plutôt qu’une rose. »

La Voix du Nord (D.CerP1020818niak).

La Réforme des collèges

Nous reprenons cet excellent article de la Voix du Nord paru le 8 mai dernier, il donne un éclairage objectif sur la réforme des collèges en cours…

« Il y aura moins de langues vivantes au collège… »

C’est FAUX pour l’immense majorité des élèves qui vont commencer l’apprentissage d’une seconde langue vivante dès la 5 e, soit un an plus tôt qu’aujourd’hui. Les élèves auront 2 h 30 hebdomadaires de LV2 en 5 e, et autant en 4 e et 3 e – soit 7 h 30 au total, contre 6 heures aujourd’hui (3 heures en 4 e et 3 e). De plus, le temps passé pour la première langue vivante ne change pas : 4 heures en 6 e, puis 3 heures à partir de la 5 e.

C’est en revanche VRAI pour les 16 % de collégiens qui choisissaient d’étudier deux langues dès la 6 e par le biais des sections bi-lanSchool_children1.jpg 2gues européennes et internationales, que la réforme supprime.

« L’apprentissage de l’allemand est menacé… »

 

Il est VRAI que les classes bi langues, particulièrement prisées par ceux souhaitant apprendre l’allemand, vont disparaître, mais il est FAUX de dire que l’apprentissage de l’allemand est menacé car ces sections seront maintenues pour les enfants initiés en primaire à une autre langue que l’anglais, ce qui est une nouveauté pour laquelle François Hollande a d’ailleurs annoncé hier 515 recrutements en 2016 contre 200 en 2010.

« Le latin et le grec vont disparaître… »

 

Il est VRAI que les options latin et grec sont supprimées et remplacées par un « enseignement pratique interdisciplinaire » (EPI) consacré aux langues et cultures de l’Antiquité. Dans le cadre des EPI, les enseignants seront libres de décider du contenu pédagogique, à condition de le piocher dans la base de programmes définie par le ministère. Ils pourront donc enseigner le latin et le grec mais rien ne les y obligera.

Cependant, il est FAUX de dire que ces enseignements vont disparaître car le gouvernement a finalement décidé qu’ils pourraient aussi faire l’objet d’un « enseignement de complément », toutefois moins conséquent que les actuelles options : 1 heure hebdomadaire en 5 e , 2 heures en 4 e et 3 e contre 2 et 3 actuellement.

« On va étudier l’Islam plutôt que le christianisme… »

Pour la première fois, des sujets d’histoire enseignés au collège seront obligatoires ou facultatifs, selon le choix de l’enseignant, à partir de la classe de 5 e. Il est VRAI qu’en 5 e, le module intitulé « L’islam : débuts, expansion, sociétés et cultures » est obligatoire, alors que le module « Une société rurale encadrée par l’Église » est optionnelle concernant la période du Moyen-âge.

Cependant, il est FAUX de dire que la culture judéo-chrétienne est mise de côté, puisque les modules « Les débuts du judaïsme » et « Les débuts du christianisme » sont intégrés au programme de 6 e. La polémique est d’autant plus vaine que l’enseignement de la naissance de l’islam est déjà au programme des collégiens à l’heure actuelle.

  Magalie GHU : La VOIX du NORD

 

Jeanne d’Arc ne mérite pas celà…

Dernièrement dirigeants, militants et sympathisants du Front National se retrouvaient pour le 1er mai pour son traditionnel dépôt de gerbe et hommage à Jeanne D’Arc qui une fois de plus a du se retourner dans sa tombe. Cette année 4 Femen ont manifesté à leur façon leur rejet du Front National avec un courage qui force le respect. Malheureusement cette action a généré des réactions de la part de militants de ce parti absolument inadmissibles, insultes racistes, menaces de mort et agressions physiques. Certains journalistes présents ont été brutalement « écartés » et c’est un doux euphémisme. Par ces débordements largement relayés par la presse et les médias chacun a pu se rendre compte de l’état d’esprit qui guide, nous dirons, un certain nombre de sympathisants et militants du Front National . Même le député européen Bruno Gollnisch, ceint de son écharpe d’élu a participé à ces débordements. Allusions aux chambres à gaz, nostalgie dans des propos concernant le Maréchal Pétain, insultes racistes envers notre ministre de la justice Christiane Taubira et bien sûr l’anathème sur les journalistes ,images colère »les journalopes » comme on l’a entendu. Bien sûr nous condamnons fermement ce qui s’est passé, une insulte à la république que nous défendons. Au moins peut-on espérer que ces débordements insupportables aideront certains à réfléchir avant de donner leur voix et soutien au Front National..Puisse ce spectacle déplorable servir le combat de beaucoup contre la haine, l’obscurantisme et le racisme.

INVITATION 10 mai de notre secrétaire Joffrey Guyot

Le secrétaire de section

aux 

Représentants Béthunois des partis Europe Écologie Les Verts,  Mouvement Républicain et Citoyen, Parti Communiste, Parti Radical de Gauche

A l’occasion du 34ième anniversaire de la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981, la section socialiste de Béthune organisera le dépôt d’une gerbe :

 

Le dimanche 10 mai 2015 à 10h

Place François Mitterrand à Béthune, en face de la gare.

Conformément à la feuille de route 2015 validée en réunion de section et dans une logique de dialogue suivi avec l’ensemble des forces de gauche, nous vous proposons de vous associer à nous pour ce moment symbolique.

En parallèle, nous aimerions profiter de cette occasion pour vous entretenir de la situation politique locale et démarrer ensemble le long travail de rassemblement de la gauche Béthunoise. Nous avons d’ores et déjà des propositions concrètes à vous soumettre et pour lesquelles nous souhaiterons avoir votre avis.

Restant à votre disposition si besoin,

 

Cordialement,

Joffrey Guyot secrétaire et les membres de la section socialiste de Béthune invitent tous les militants et sympathisants au moment de recueillement en souvenir du 10 mai 1981. Rendez-vous devant la stèle de François Mitterrand, place de la gare.

                                Dimanche 10 mai à 10h.

Espérant vous voir nombreux…meilleurs sentiments1930441_21777357105_8495_n

Conférence de presse de notre secrétaire: principaux éléments

Constats 

Les circonstances ont fait que la droite a gagné en 2014 les élections municipales. Les luttes de personnes ont pendant trop longtemps pollué le débat politique.  Et la gauche est désormais décomposée et la section PS de Béthune affaiblie. Ceci n’est pas une fatalité. Les élections départementales montrent que la droite stagne, elle se voyait déjà gagner en mars 2014. La gauche pèse toujours 60% des voix à Béthune.

Aujourd’hui, il nous faut nous rassembler et reconstruire la section PS de Béthune autour d’un projet et d’une feuille de route clairs.

 

 

Enjeux

Les difficultés ne manquent pas mais nous devons les surmonter.

·         Aller au-delà des luttes de personnes, vaincre les rancunes du passé

·         Parler à la jeunesse qui ne s’intéresse plus à la politique ou vote Front National

·         Parler au monde associatif, culturel.

·         Dialoguer avec l’ensemble des partenaires de gauche

·         Réfléchir au rôle d’un parti politique en 2015

·         Faire en sorte que le PS soit la courroie de transmission entre les Béthunoises et les Béthunois.

·         Faire de la pédagogie pour expliquer les décisions du gouvernement mais aussi le fonctionnement des institutions.

 

 

Feuille de route / plan d’action

Pour répondre à ces enjeux

 

Organiser des réunions de section régulièrement et libérer le débat. Le congres de Poitiers sera l’occasion d’enclencher cela.

Relancer une campagne d’adhésion avec séance de porte a porte,

Assurer la visibilité du PS à Béthune avec une distribution régulière de Tracts

Organisation d’évènements marquants et rassembleurs (10 mai, fête de la rose, braderie etc.…)

Organiser des réunions d’échanges avec les partenaires de gauche

Assurer la campagne des régionales 2015

Relance du site internet

Création d’un MJS Béthune

Participer au débat municipal

 

Joffrey GUYOT                                                   Site : http://bethune.parti-socialiste.fr

Renaissance…une réunion de section pleine d’espoirs

Jeudi 23 avril au soir à la salle du marais d’Annezin s’est tenue la réunion de section sous la conduite de Joffrey Guyot, notre secrétaire. Un moment très riche avec une parole libérée, des anciens toujours fidèles aux valeurs du PS et de nouvelles têtes dont plusieurs jeunes qui souhaitent s’engager. Pas de règlement de comptes, pas d’amertume mais un bilan lucide fait par les présents à cette soirée d’échanges. Un retourparmi nous de Marie-France Massart et Jean-Pierre Rivière avec une volonté de reconstruire et redonner à Béthune la place qu’elle mérite. Certes le contexte est difficile mais Joffrey a su remotiver pour préparer l’avenir. Les membres présents à cette réunion de section ont su faire la part des choses concernant la politique mise en place par notre président et son gouvernement mais aussi réaffirmer notre attachement au Parti Socialiste. Nous comprenons l’incompréhension parfois de notre électorat traditionnel, nous sommes conscients de la déception qu’a pu engendrer parfois la politique mise en œuvre mais nous savons aussi où se trouvent nos adversaires et sauront défendre nos valeurs.Le parti socialiste reste et devra rester un parti qui défend la liberté, l’égalité et la fraternité mais aussi et surtout la tolérance, l’ouverture d’esprit et la laïcité.Face à la montée des extrêmes et aux orientations nettement libérales de la droite conservatrice avec son cortège de lois anti-sociales…nous avons choisi notre camp et inlassablement nous tenterons d’expliquer pourquoi…